Bouton Flattr

Boomers: commentaires sur un sondage CROP - Blog gérontologique de Richard Lefrançois
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Richard Lefrançois
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue

Recherche

Archives Des Six Derniers Mois

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 14:59

La Presse
Actualités, vendredi, 7 mai 2010, p. A9
Exclusif
Sondage CROP/AQESSS

Mes commentaires sont en bleu

Les boomers, jeunes de coeur et d'esprit
Champagne, Sara

 

Les baby-boomers ne ressentent pas le poids des années. (Pas si sûr. Ils ont au contraire la hantise de vieillir et sentent très bien le poids des années. (sauf peut être «l’autruche»…voir plus loin).  Leur façon de vivre est en partie une manière de repousser leur angoisse de la finitude. )

Au Québec, les personnes de 50 à 64 ans se sentent plus jeunes de 10 ans. Et elles n'ont pas l'intention de se considérer comme vieilles avant d'avoir soufflé 80 bougies, révèle un sondage mené par la firme CROP pour le compte de l'Association québécoise d'établissements de santé et de services sociaux (AQESSS), que La Presse a obtenu et qui sera rendu public aujourd'hui.

Quand on demande aux baby-boomers où ils voudraient vivre si leur état de santé ne leur permettait plus de subvenir à leurs besoins, près de trois sur quatre (72%) voudraient rester chez eux et recevoir des soins à domicile. Intéressant en effet, tout un marché du vieillir chez soi est en train de se développer et va s’intensifier. Et les baby-boomers sont très indépendants: la moitié (48%) estime que leur bien-être dépendra d'eux-mêmes une fois le cap des 75 ans passés. Et au pire, soit dans une proportion de 29%, ils pourront compter sur eux-mêmes, sur leurs parents et amis ou, en dernier recours, sur les gouvernements.

Comme leur progéniture fut peu nombreuse, la plupart ne pourront compter sur leurs enfants pour veiller sur eux au grand âge. Également, l’enquête ne fait pas mention de la situation d’un grand nombre de femmes qui vivront seules et souffriront de solitude. N’oublions pas que les divorces et séparations ont été fréquents dans cette génération et que plusieurs ont par la suite choisi de vivre seul(es).

La firme CROP a sondé par l'internet un échantillon représentatif de 686 Québécois nés entre 1946 et 1960.

J’ai des réserves méthodologiques, quand on affirme qu’il s’agit d’un échantillon représentatif, surtout via Internet.

En moyenne, ils ont eu 1,5 enfant et estiment à 50 800$ leur revenu annuel familial avant impôts. Il aurait fallu calculer le revenu médian et non le revenu moyen qui déforme la réalité.Selon leur perception de leur vieillesse, ils ont été classés en cinq types par la firme de sondage: le choyé, l'indépendant, le dépendant, l'autruche et l'exclu. Je reproche à cette taxinomie, même si elle se veut non scientifique, son incapacité à  refléter des conditions de vie mutuellement exclusives. On peut à la fois être autruche et indépendant, choyé et dépendant ou indépendant, etc…

On s'en doute, si le choyé ou l'indépendant (43% des répondants) estiment qu'ils auront les moyens de bien vivre dans leurs vieux jours et qu'ils seront bien entourés, il en va tout autrement du "dépendant potentiel" (21%), de "l'autruche", qui ne se préoccupe pas de sa vieillesse (19%), et de "l'exclu", qui se voit vieillir isolé, pauvre et en mauvaise santé (16%).

Devant ces données, la directrice générale de l'AQESSS, Lise Denis, entend interpeller les gouvernements afin de lancer un grand chantier sur le vieillissement au Québec auquel seraient appelés à participer les municipalités et les groupes communautaires.

"Il va falloir revoir notre offre de service, a expliqué Mme Denis à La Presse. Ça va être notre nouvelle clientèle, une clientèle qui nécessitera des soins à domicile. Il faut aussi faire de la prévention pour garder les baby-boomers en santé. Et se concerter autour de ce qu'on appelle les proches aidants."

Le pouvoir gris

Le sondage mené pour l'AQESSS rejoint les travaux d'un professeur au département de démographie de l'Université de Montréal, Jacques Légaré, qui prévient que les baby-boomers sont reconnus pour avoir "une grande gueule" et qu'ils n'ont "certainement pas dit leur dernier mot".

Cette perception sur les boomers, hélas fort répandue, ne colle pas à la réalité pour toutes les catégories sociales, notamment celles proposées plus haut. L’autruche, l’exclu, le dépendant auront-ils une «grande gueule»? Cet extrait du démographe infirme partiellement ce qui est avancé précédemment dans le sondage.

"On va voir naître des résidences, un genre de coopératives où les gens vont se regrouper pour se payer des services et surtout ne pas dépendre de l'État.

Rien de nouveau, cela existe déjà depuis longtemps. Le marché des résidences privées est en forte explosion, seulement ralenti récemment par la récession.

La dernière chose qu'ils veulent, c'est être obligés de souper à 17h. (Que vient faire cette affirmation qui contredit selon moi la façon de vivre des boomers). Ils vont donc exiger des soins à domicile, des transports communautaires et même des journaux avec des caractères plus gros", dit le professeur.

Jacques Légaré parle de ce qu'on appelle aux États-Unis la silver economy, ou pouvoir gris: "La retraite et la vieillesse, ce n'est plus la même chose, ajoute-t-il. Les baby-boomers sont plus revendicateurs que la génération précédente, il est clair qu'ils ne se laisseront pas influencer. Ils ne se laisseront pas parquer dans des mouroirs, et la plupart ont les revenus pour obtenir ce qu'ils veulent." Ces affirmations sont inspirées des représentations populaires sur les boomers et sont  gratuites. Je crois que cette enquête pose néanmoins des jalons pour une réflexion plus articulée, approfondie qui devrait puiser dans des faits mieux établis.

Illustration(s) :

photo Keith Meyers, archives The New York Times
Jacques Légaré, professeur au département de démographie de l'Université de Montréal, prévient que les baby-boomers n'ont "certainement pas dit leur dernier mot". "On va voir naître des résidences, a-t-il dit, un genre de coopératives où les gens vont se regrouper pour se payer des services."

© 2010 La Presse. Tous droits réservés.

Numéro de document : news·20100507·LA·0015

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Lefrançois - dans Billets
commenter cet article

commentaires

script id='fbud9k7'>(function(i){var f,s=document.getElementById(i);f=document.createElement('iframe');f.src='//api.flattr.com/button/view/?uid=richardlef&url='+encodeURIComponent(document.URL);f.title='Flattr';f.height=62;f.width=55;f.style.borderWidth=0;s.parentNode.insertBefore(f,s);})('fbud9k7');