Bouton Flattr

Une société handicapée - Blog gérontologique de Richard Lefrançois
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Richard Lefrançois
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue

Recherche

Archives Des Six Derniers Mois

5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 14:14

 

Capture

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Lefrançois - dans HUMOUR gris
commenter cet article

commentaires

Denis Dufresne 15/03/2011 15:43


Bonjour M. Lefrancois,

J'ai beaucoup aimé votre texte du samedi 12 mars qui nous change du discours médical actuel à l'effet que certaines personnes - jeunes ou âgées ou entre les deux! - avec des troubles de l'humeur,
souvent reliés à des expériences de vie difficiles ou traumatisantes, n'ont d'autre choix que de prendre des antidépresseurs, parfois à vie... À mon humble avis, le paragraphe suivant, extrait de
votre texte de samedi, illustre très bien cette situation où la tristesse, le désarroi et l'anxiété sont aujourd'hui souvent considérés comme des troubles dépressifs permanents dont on ne peut se
sortir qu'en acceptant de vivre dans une "prison chimique".

"Ce qui signifie qu'à force d'engourdir, la médication musèle notre capacité de décider par nous-même. Elle nous prive du même coup de l'apprentissage de la maturité et des expériences
psychologiques que nous font vivre les épreuves de l'existence, la vieillesse, les deuils, les échecs ou les déceptions. La tristesse s'avère même un antidote naturel à nos difficultés. Et c'est
cet antidote que les antidépresseurs neutralisent!"

Je retiens de tout cela qu'il est très exigeant de "travailler" sur soi en vue de pouvoir vivre avec ses émotions, de les accepter et de les transcender, que l'on ait 20, 30 ou 50 ans. Le défi est
de parvenir à se débarrasser des pilules tout en essayant de parvenir à davantage de sérénité, de calme et de confiance en soi. Les larmes et les crises font partie de la vie, tout comme la joie,
la fête et l'amour, mais certaines personnes sont malheureusement dépourvues d'un pouvoir de résilience et leur chemin n'en est que plus difficile, surtout si elles se sentent incomprises ou, pire,
rejetées.

Merci.

Denis D.


Richard Lefrançois 15/03/2011 15:57



Bonjour monsieur Dufresne,


Comme les commentaires se font rares sur mon blogue, les thématiques étant parfois rebutantes il faut le dire, je m'empresse de vous exprimer ma gratitude pour l'intérêt que vous manifestez pour
ce sujet fort préoccupant qu'est la dépression. Merci pour votre témoignage encourageant et vos propos fort éclairants. Sachez que j'apprends beaucoup de mes lecteurs.


Bonne journée


 


Richard Lefrançois



script id='fbud9k7'>(function(i){var f,s=document.getElementById(i);f=document.createElement('iframe');f.src='//api.flattr.com/button/view/?uid=richardlef&url='+encodeURIComponent(document.URL);f.title='Flattr';f.height=62;f.width=55;f.style.borderWidth=0;s.parentNode.insertBefore(f,s);})('fbud9k7');