Bouton Flattr

Réaction de Philomage à l’article paru dans le Journal de Québec sur le recul de l’âge de la retraite - Blog gérontologique de Richard Lefrançois
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Richard Lefrançois
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue

Recherche

Archives Des Six Derniers Mois

3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 22:00

COMMENTAIRE DE PHILOMAGE, 3 août 2010

 

À court terme, dans le contexte actuel de l'emploi, le recul des âges en vue de prendre une retraite assurément pourrait nuire aux jeunes qui veulent se tailler une place intéressante sur le marché du travail.

C'est le moyen et long terme qui est le plus préoccupant, parce la masse des retraités va aller croissant et le pourcentage des SENIORS qui vont faire de leur retraite « une deuxième vie au travail » demeurera faible. La désincitation à demeurer au travail va aller croissant avec l'âge et l'argent supplémentaire offert ou gagné jouera de moins en moins comme leurre ou appât. Finalement, les âges de la vie sont ce qu'elles sont : le goût (ou dégoût) du travail, le stress et une moins bonne santé sont des déterminants majeurs dans la décision de se remettre au travail une fois à la retraite.

L'apport des SENIORS à l'économie est considérable et le deviendra encore plus après 2020, puisque les plus de 60 ans représenteront près de 25 % de la population totale au Québec. Par leurs besoins spécifiques et leurs dépenses de consommation, ils seront à même d'amener et de développer de nouveaux secteurs de l'économie québécoise; par exemple, des logements adaptés, la domotique, des technologies de communication et de suivi appropriées, des services adaptés aux aînés, et combien d'autres produits nécessaires dans les cas de perte d'autonomie,…

Je pense que M. Lefrançois perçoit très bien les failles de l'analyse centré sur le recul des âges de la retraite. Je reprends ce que je disais dans le posting précédent : il faut repenser l'économie en étant moins intensif en main-d'œuvre dans tous les secteurs de l'économie et plus intensif dans l'utilisation des technologies et des rendements qui y sont associés. Former une main-d'œuvre hautement qualifiée dans tous les genres de métiers et de professions est une nécessité absolue dans ce genre de problème. Les SENIORS pourraient alors intervenir avec leur expérience et expertise comme formateurs ou mentors, comme le soulignait M. Lefrançois.

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Lefrançois - dans Réactions des médias
commenter cet article

commentaires

script id='fbud9k7'>(function(i){var f,s=document.getElementById(i);f=document.createElement('iframe');f.src='//api.flattr.com/button/view/?uid=richardlef&url='+encodeURIComponent(document.URL);f.title='Flattr';f.height=62;f.width=55;f.style.borderWidth=0;s.parentNode.insertBefore(f,s);})('fbud9k7');