Bouton Flattr

La doyenne de l’Internet craint la canicule cette année - Blog gérontologique de Richard Lefrançois
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Richard Lefrançois
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue
  • Retraité et professeur associé (Université de Sherbrooke, Québec), Sociologue, gérontologue

Recherche

Archives Des Six Derniers Mois

19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 16:11

Richard Lefrançois

 

La canicule que nous avons connue au Québec cet été n’est pas sans rappeler celle qui a provoqué une crise sanitaire majeure en Europe en 2003, notamment en France et en Belgique. Différentes sources ont estimé à environ 15 000 le nombre de décès (France et Belgique) durant le seul mois d’août 2003.

Les experts arrivent à cette estimation, une surmortalité de 55%, en comparant les décès survenus en 2003 avec ceux enregistrés pour la même période lors des années précédentes. On sait que de nombreuses personnes âgées ont été victimes de cette canicule.  À âge égal, les femmes ont connu une plus forte augmentation de leur mortalité durant cette période.

 

La crainte d’une canicule meurtrière en 2010 a provoqué un cri d'alarme chez la doyenne de l'Internet, une femme de 98 ans qui sur son blog nous livre ce commentaire:

 

Rue 89

4 juillet 2010

France

 

Je vous écris depuis ma maison de retraite, à 98 ans, sous une canicule de 37°C et sans climatisation. J'implore votre aide pour relayer ce message de révolte quant à la façon dont les personnes âgées sont traitées dans les maisons de retraite.
Je me considère être la doyenne de l'Internet. J'ai en effet trois sites Internet (dont Sept continents et Cap Horn) et écris encore des e-mails, je surfe avec mon Mac depuis ma petite chambre à l'EHPAD, maison de retraite de Grenoble-Vigny-Musset (Isère).
Ceci m'amène à être beaucoup plus ouverte sur le monde que les autres pensionnaires, qui en sont littéralement coupés.
Je suis scandalisée par la façon dont l'Etat français traite les personnes âgées dans les maisons de retraite : comment peut-on nous laisser dans nos chambres sous cette canicule ?
Un ventilateur pour trente pensionnaires
Je vous avoue comprendre que nous, personnes âgées, ne soyons plus utiles à la société et coûtons de l'argent à l'Etat alors qu'il pourrait être utilisé à autre chose. Cependant, nous sommes dans une société civilisée, la France. Comment en est-on arrivé là ?
Je suis d'autant plus révoltée que :
• Cet établissement a ouvert en 2009, il est le plus moderne de toute l'Isère et c'est pour cela que j'y suis allée.
Etant ingénieur ECP de profession -première diplômée femme de l'Ecole centrale en 1937 ! -, je ne comprends pas que nous puissions encore construire des établissements comme celui-là, à Grenoble, sans climatisation. N'avons-nous pas tiré les leçons de la canicule de 2003 ?
• Dans la salle de restaurant, ils nous ont installé samedi un -oui, je dis bien un- ventilateur pour trente personnes.
• Dans nos chambres, c'est le plein cagnard. Ce chauffage au sol est bien évidemment innovant, mais où est la climatisation ?
• Nous avons apparemment une pièce climatisée dans l'établissement, pour 65 pensionnaires. Imaginez le frigo avec 65 personnes croulantes sous la chaleur et la vieillesse ?
• La société française cotise un jour par an [le lundi de la Pentecôte, ndlr] pour payer l'amélioration des conditions de traitement des personnes âgées. Où va l'argent ?
• On nous dit, aujourd'hui, qu'ils ont pensé à mettre un système ingénieux de rabaissement de la température de 5°C. Seulement la première fois qu'ils l'ont mis en marche, il est tombé en panne.
Je vous passe mes problèmes pour avoir un médecin, un kiné, etc. J'ai heureusement la chance d'avoir deux personnes, des amis, qui m'aident à gérer tout cela et qui m'ont apporté un ventilateur. Imaginez ces autres personnes âgées, au nom desquelles je parle, sans famille, sans aide ? Comment font-elles ?
J'ai également écrit au préfet de l'Isère, sans réponse
J'ai également écrit au préfet de l'Isere, mais aucune réponse. En attendant, la canicule continue et cela libèrera surement des lits dans l'établissement.
Peut-être que 2010 sera ma dernière année, avant mes 100 ans.
Je tenais à vous relater ces problèmes avant que ça n'arrive, en espérant que vous ferez remonter ces informations.

 

Nous avons contacté Mireille Caunesil, qui nous a précisé que cette lettre avait été rédigée avec l'aide d'un jeune homme, Julien. Il l'a initiée à Internet et elle l'aide en retour à financer ses études. C'est lui qui nous a adressé cet appel par e-mail.

Partager cet article

Repost 0
Published by Richard Lefrançois - dans Billets
commenter cet article

commentaires

script id='fbud9k7'>(function(i){var f,s=document.getElementById(i);f=document.createElement('iframe');f.src='//api.flattr.com/button/view/?uid=richardlef&url='+encodeURIComponent(document.URL);f.title='Flattr';f.height=62;f.width=55;f.style.borderWidth=0;s.parentNode.insertBefore(f,s);})('fbud9k7');